2°) Qui est touché par l'addiction aux jeux vidéos?

     

    Tout le monde n'est pas susceptible de devenir dépendant aux jeux vidéo mais certains sont plus fragiles que d'autres.

    Il faut savoir que dans la majorité des cas, l'addiction au jeu n'est pas une cause mais une conséquence de mal-être. En effet, cette addiction ne touche qu'une infime partie de la population. Tout d'abord, les jeunes représentent l'écrasante majorité des joueurs. 

     Marc Valleur* (*psychiatre et médecin chef de l’hôpital Marmottan spécialisé dans les soins et l’accompagnement des pratiques addictives) constate en effet que sur les 247 personnes reçues en consultation à Marmottan, depuis 2004 parce qu'elles voulaient réduire leur consommation de jeux vidéo, 237 étaient des adolescents ou de jeunes adultes mâles. 

    De plus, Serge Tisseron* (*psychiatre, psychanalyste et docteur en psychologie, spécialisé dans les nouvelles technologies) nous apporte quelques éléments de réponses sur la raison pour laquelle les jeunes sont plus touchés. Ce dernier a constaté que le temps de jeu qui augmente au cours de l'adolescence, diminue peu après et se trouve considérablement réduit au moment du passage aux études supérieures ou à l'entrée dans la vie active.

    Enfin, des scientifiques ont par ailleurs montré ces dernières années que la capacité des adultes à résister à leurs impulsions est un mécanisme qui se construit pendant l'adolescence, explique Serge Tisseron. L'incapacité de l'adolescent à s'empêcher de jouer ne révèle donc pas une addiction à proprement parler. Les jeunes garçons sont d'ailleurs plus touchés que les jeunes filles, comme nous le confirme le sondage effectué sur 58 adolescents de sexe masculin et 56 adolescentes. En comparant le pourcentage des jeunes garçons et des jeunes filles qui affirment jouer aux jeux vidéos, nous constatons une très nette majorité de joueurs chez les garçons.


 Mais sur ces joueurs, seule une minorité consacre une grande partie de leur temps libre aux jeux vidéos.

Comme nous l'illustre ce graphique effectué suite à notre sondage:

 

 

Nous avons d'ailleurs retrouvé les explications du psychiatre Jean-Philippe LANG qui nous définie les signes qui peuvent laisser penser que  une personne est "addict".

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site